Olivier Perrotin nous a accordé un interview

Olivier Perrotin nous a accordé un interview

Est-ce que l'envie de publier un livre vous animait depuis longtemps ?

Oui, tout jeune j'écrivais déjà beaucoup d'histoires. J'adore écrire, et lire aussi. Les aventures de Tintin et Corto Maltes ont bercé mon enfance. Il doit y avoir un lien ! Je me suis essayé au polar, mais je ne suis pas très bon pour inventer. J'ai écrit également sur la diététique, la préparation physique. Aucun d'entre eux n'ont fait l'objet d'une publication.  
Le fait de publier "Le rose vous va si bien" et avant "Drôle d'endroit pour un ring" (aux Editions 7) est en fait la réalisation d'un rêve et l'aboutissement d'une certaine maturité dans l'écriture.
Actuellement j'ai sur le feu un livre sur les voyages, sur les pays que j'ai traversé.  
 

Écrire sur la boxe, c'était logique pour vous ?

La boxe est en fait un outil qui a permis à un groupe de passionnés d'accomplir des choses qu'il pensait ne pas être capable de faire. Au travers de la boxe j'ai raconté l'histoire, non seulement d'un homme exceptionnel, Carlos Fernandez, mais également d'autres hommes qui se sont révélés à leur tour exceptionnels dans leur abnégation, leur humanisme et qui se sont accomplis. J'ai passé 35 ans dans ce club, dont 30 ans comme entraîneur et je trouvais dommage que, le jour ou le club s’arrêterait (rien n'est éternel) il n'en resterait que des "on dit que..." je voulais qu'il reste une trace écrite que l'on ne puisse pas déformer.
 

Est-ce que " Le rose vous va si bien " est votre premier livre édité ?

C'est le deuxième édité. Il complète le premier 'Drôle d'endroit pour un ring" ou j'avais été obligé de survoler beaucoup d’événements pour ne pas être redondant. Afin d'y remédier j'ai repris des situations particulières en les grossissant pour en faire un second volet. C'est un ouvrage collectif qui donne également la parole à sept personnes (fondateur du FCG-Boxe de Vienne, boxeurs, fidèle ami du club), pour des témoignages sincères, souvent avec humour, parfois poignants.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler avec Éditions 7 ?

Un ami, Elie Mucchiante, m'a conseillé. Je me suis renseigné et j’ai décidé de m’y engager.

Recommanderiez-vous l'aventure avec Éditions 7 ?

Je ne connaissais pas du tout les rouages de l’autoédition, mais cela s’est fait assez simplement, alors oui je recommanderai Editions 7, car j’ai été satisfait du travail fourni.